Beautifullaw Raconte Sa Vie

Tinder, l’amour et moi

4 Mar 2017

On se retrouve aujourd’hui, non pas avec de la beauté, mais avec un article humeur-lifestyle beybey. Je ferais un article sur le blog, son avenir, qu’est-ce qu’il se passe, parce que c’est le bordel dans ma tête à ce niveau. Mais dans l’immédiat, parlons bien, parlons cul, tinder.

Vous n’êtes pas sans savoir que depuis, bientôt un an, je ne suis plus avec Constantin. Après six ans de relation, ce n’est pas évident de remonter en selle ! J’ai choisi la voie de la facilité et de la technologie. Après une conversation au boulot avec les copines, je me suis rendue compte que les applis de rencontre sont assez méconnues et font l’objet de questions. Je trouvais cela assez marrant d’en discuter avec les copines et avec vous.

Alors je vais parler de Tinder car c’est la seule appli que je connaisse (ce n’est pas un partenariat, Tinder en a vraiment rien à carrer de ma tronche). De plus, c’est mon avis, mon expérience. Il y aura du second degrés dans cet article et vu que je suis hétéro, je vais surtout parler des garçons, mais je pense que les filles ne sont pas moins folles que les mecs en la matière !

Pourquoi une appli de rencontre ? Je ne sais pas vous, mais je trouve que plus l’on grandit, plus il est compliqué de faire des rencontres, qu’elles soient amicales ou amoureuses. Mon cercle d’amis sur Bordeaux n’est pas immense et je sors souvent avec mon meilleur pote. Je me vois mal planter mon pote dans un bar et les mecs doivent certainement voir en mon pote mon petit ami. Pas simple hein. En plus, quand je fais 7h-20h au taff, le soir j’ai plutôt envie de rester sous ma couette plutôt que d’aller draguer. Alors du coup, quand la vie 2.0 me propose de trouver des mecs tout en restant sous ma couette, pas lavée, pas coiffée et en me goinfrant pourquoi dirais-je non ?!

Les 1er pas sur Tinder. Déjà, il faut savoir que te connectes sur Tinder avec ton compte FB. Si désormais je n’ai aucun problème à dire que je rencontre des gens via réseau je peux vous dire que la 1ère fois je ne faisais pas la maligne. « Putain mais si ça fout une mention sur FB, tous mes potes vont savoir que je tente de choper grâce à Tinder ». « Putain j’ai mon papy sur FB, est-ce qu’il sait ce que c’est Tinder ? ». Bref, la question « voulez-vous connecter via Facebook » a provoqué plus de sueurs en moi que le jour où mon ex m’a demandé en mariage. Ca y’est tu es lancée. Maintenant, la photo. Là aussi choix cornélien. Tu ne peux décemment pas mettre une photo moyenne de toi. Je le sais, tu le sais, c’est sur la base de ta photo que le mec va te liker ou non. Alors tu regardes toutes tes photos. Une photo où je picole ? Ca fait « aime la life » mais ça peut vite faire «  picole un peu trop et fini à poil sur les comptoirs tous les samedis soirs ». Une photo où je lis. Ca peut faire « nana cultivée » mais ça peut vite faire « nana avec qui tu peux te faire chier ». Une photo à poil ? Bon, là, ça fait juste fille facile. Avec un blog beauté, j’en ai quelques unes des photos où je suis en mode « grosse bonnasse » (je vous laisse imaginer la tronche de mes dates quand je me suis pointée pas maquillée). Photo d’un article sélectionnée, je prends le risque que le mec se barre en courant en me voyant au naturel. Et puis, c’est le jeu, tout le monde sait qu’on choisit des photos en mode « pimpé » et que vraisemblablement on ne ressemble pas à ça tous les jours.

Mais il n’y a pas que ta photo qui compte. Forcément celles des mecs comptent aussi et je peux vous dire que certaines appellent bien des remarques :

  • la photo de groupe : là je suis toujours en suspense parce que sur la photo de groupe il y a toujours un mec canon et un mec que tu trouves moins canon. Du coup tu te demandes qui est le mec en question «  t’es le moche ? le beau ? ». « Mouais, si tu t’es senti obligé de mettre une photo de groupe, tu dois être le moche ». « pourquoi tu mets une photo de groupe, c’pas une partouze que je cherche ». « tu cherches à prouver quoi ? que t’as des amis ? ». Bref, la photo de groupe, généralement je passe, même si je dois louper le beau gosse qui apparaît sur la photo.
  • La photo avec un enfant. Déjà de base, foutre une photo d’enfant sur les réseaux sociaux me gêne, encore plus sur une appli de rencontre. Le gosse en question n’a rien demandé. Mais au-delà de ses considérations morales, je me dis toujours «  tu crois que tu vas m’attendrir avec ce mioche ? » « j’ai 28 ans, je cherche juste à rencontrer un mec sympa, pas un mec à la recherche d’une mère pour son rejeton » « oh tu parles à mon instinct maternel, je te te like, on se voit, on se marie et j’adopte ton enfant ». Généralement là aussi, je zape de suite.
  • La photo du mec torse-nu ou à la salle. Alors attention, certains mecs mettent des photos où ils font un sport ou un truc un peu fun. Là je dis pas, ça peut me faire tilt. Mais alors les photos des mecs à la salle qui se matent à soulever des poids, je ris toujours. Je me dis toujours « gros beeeeaaauuufff ». Les mecs à moitié à poil. Bon je suppose que c’est surtout pour les nanas qui veulent qu’une aventure d’une nuit. Généralement je me dis toujours « mouais, on a vu mieux quand même » et rarement « haaaaan ces abdos, je suis toute excitée, viens faisons l’amour comme des bêtes ».

Les biographies-descriptions. J’ai pris le parti au début de ne rien mettre et puis, face aux différents cas sociaux que j’ai eu, j’ai décidé de mettre « en pleine étude anthropologique ». Ma petite phrase fonctionne pas mal, car c’est souvent grâce à ça que les mecs entament leurs conversations. Pour ma part, les bios me font beaucoup rire. On lit souvent les mêmes choses. Après une bio bien écrite pourra me faire liker un profil. Mais quand je lis : aime le sport, sortir avec ses amis, voyager, j’ai toujours envie d’ironiser « oh mais dis donc trop de points communs, viens marions-nous ». Quelle personne sur terre n’aime pas sortir avec ses amis ?! Sinon dans les bios tu lis souvent :

  • j’ai envie de réveiller tes voisins : gros prétentieux
  • on dira qu’on s’est rencontré au musée : j’ai vraiment un doute sur ta potentielle présence dans un musée
  • cherche une relation sans prise de tête : tu cherches un plan cul, on a compris
  • si tu veux en savoir plus, viens me liker : quel teasing de ouf, je vais pas m’en remettre

Bref, les bios, cela passe ou ça casse.

Tu as choisi le profil à liker (si t’es un brun aux yeux clairs avec de la barbe, t’as toutes tes chances que je te like), le match est réciproque et vint le moment de débuter la conversation. Les mecs disent souvent que les nanas n’engagent jamais la conversation. Pour ma part, je dirais que c’est 50/50. Si je ne suis pas emballée outre mesure, je ne vais pas engager la conversation (j’ai un paquet de match où jamais personne n’a lancé la conversation), mais si le profil me plaît vraiment, je lance les hostilités. C’est toujours super angoissant les 1ers mots. T’as le classique « salut, ça va ? » mais lu, relu et rerelu 46000 fois. Généralement j’essaye de trouver une phrase d’accroche en lien avec la photo du mec où la description. Sinon, je fais dans la banalité avec un « bonjour, comment vas-tu ». Originalité, zéro. Dans les 1ère phrases que je reçois, j’ai souvent « alors cette étude ? » « mais t’es vraiment là pour une étude ou tu veux faire une rencontre ? ». Ma préférée « Danaé c’est vraiment ton prénom ou c’est un pseudo ? ».

Pour les conversations en elles-mêmes c’est vraiment tout et n’importe quoi. De la conversation hyper intéressante avec des grands sujets très intéressants, des conversations très banales. Des propositions de sexe dès le début. Il est arrivé que des mecs me demandent des photos de moi nue. J’ai de la chance, des peintres ont peint l’histoire de Danaé. Donc très souvent, j’envoie ça :

Et je laisse le mec galérer à comprendre et je ris comme une débile toute seule derrière mon téléphone. Je suis tombée sur des mecs qui cherchaient la femme de leur vie et les conversations puaient un peu le désespoir. Je suis tombée sur des hommes qui m’ont fait des scènes parce que j’avais des rendez-vous avec d’autres personnes (je rappelle qu’on parle d’un mec que t’as jamais vu, à qui tu n’as rien promis. La fatigue).

Pour ma part, je ne rencontre la personne que si j’ai vraiment eu un bon feeling à l’écrit et que cela a attisé ma curiosité. Un échange banal me laissera de marbre pour la suite.

Vint ensuite LE RDV. Alors là je laisse à chacun le soin de juger, au bout de combien de temps, où, c’est propre à chacun. J’invite juste toutes personnes à être vigilantes, privilégier les lieux publics pour un 1er rdv et éventuellement informer un proche que vous avez un rdv avec un inconnu. On ne sait jamais, même s’il ne faut pas tomber dans la paranoïa. Pour ma part, je choisis toujours un quartier que je connais, où je peux rentrer facilement sans être à la merci du mec et je dis toujours à mon meilleur pote quand j’ai un rencard (bon ok, je le dis souvent pour le côté « potins »).

Les rendez-vous, enfin les avant rdv surtout, sont toujours une grande source d’angoisse chez moi. Déjà, la 1ère question, mais comment va-t-on se reconnaître. On resitue le contexte. Tu as rdv avec un mec, que tu n’as jamais vu à part en photo et photo qui généralement montre le meilleur de toi-même, pas ta tronche dans la vraie vie. En plus, si vous êtes con comme moi, vous donnez rdv dans un endroit où y’a 46 000 personnes qui y sont, où y’a plusieurs endroits où tu peux potentiellement attendre. Si en plus, comme moi, tu arrives généralement avec 15min d’avance, c’est l’angoisse absolue. Tu mates chaque mec qui potentiellement ressemble à ton rdv (je dois vraiment passer pour une folle par moment). Tu en viens à avoir des pensées très primaires et très triviales «  putain, j’espère que c’est pas lui, il est moche » « putain j’espère que c’est lui, il est gavé canon » « euh si c’est lui, je me barre ». En plus, si tu vois des gens qui attendent seuls aussi, t’es toujours en train de te demander « c’est lui ou pas ? ». On se rassure, sur une dizaine de rdv, le bilan est plutôt positif pour moi. Sur une dizaine de rdv, je n’ai eu qu’une « mauvaise » surprise où le mec ne ressemblait pas à sa photo et ne me plaisait pas du tout.

Pour les rendez-vous, j’ai eu de tout. Mon premier rdv a été fiasco totale. Les deux heures les plus loooongues de ma vie. A chaque fois, que je disais « ah j’aime bien si, faire ça », le mec me répondait : ah, pas moi. Il y a plus eu de silence que d’échanges et j’ai jamais bu mes martinis aussi vite de ma vie. Quand j’ai osé dire «  je vais rentrer » le soulagement s’est lu sur la tête du mec. Je suis rentrée chez moi en me disant « je vais finir vieille fille avec 6 chats ». J’ai un autre rdv où le mec a passé la soirée à me parler de son ex et de son ami décédé. J’avais plus l’impression d’être une psy qu’un rencard. J’ai eu des rdv tout à fait normaux et deux géniaux, deux qui ont d’ailleurs conduits à des relations. Parce qu’au final c’est ça LA question. Est-ce que l’on peut vraiment vivre une histoire grâce à ses applis ? Pour moi, oui. J’ai eu une relation d’un petit plus de six mois et cela s’est terminé pour des raisons propres à la relation. Que j’ai rencontré cette personne sur Tinder, dans un bar ou par le biais d’amis, cela aurait été la même chose. Actuellement, je suis avec quelqu’un grâce à cette appli. Alors oui pour moi, cela peut marcher. Et même s’il n’y a pas de relations, j’ai rencontré différentes personnes intéressantes et j’ai passé de très bons moments. Car pour moi, le plus de ces applis c’est de sortir de sa zone de confort. Cela te permet de rencontrer des gens vers qui tu ne serais pas allée dans la vie naturellement. Des gens aux univers totalement opposés aux tiens et qui pourtant ont tellement à t’appendre. J’ai appris des choses, j’ai ri, j’ai passé de bons moments grâce à cette appli. Si tu vas sur cette appli en quête de l’amour de ta vie, oui, tu seras certainement déçue. Si tu y vas en étant prête à te laisser surprendre et sans attente particulière, il y a beaucoup de positif à retirer. Alors, je n’ai aucun problème à le dire : oui, j’utilise-j’utilisais les applis de rencontre et globalement ça marche pour moi ;).

Et vous ? Avez-vous essayé ? De belles histoires à raconter ? Des anecdotes marrantes ou êtes plutôt frileuses face à cela ? Dites-moi tout !

Article précédent

Sur le même thème...

1 commentaire

  • Reply Mon billet poudré 12 Mar 2017 à 16 h 11 min

    Bon, moi chui maquée depuis 8 ans et clairement, je veux pas en changer, la pointure est nickel et il vieillit pas trop mal, sa patine me plait encore bien. Du coup, je suis pas trop la cible mais c’est simpa de découvrir un peu plus cette appli et de connaître ton point de vue. Ca fait plaisir de te retrouver toi et ton humour.
    Big love

  • M'écrire un petit mot